Vœux 2014

    ShayCanyon2014Cc                             2014

 

Chaleurs torrides, froids polaires, douceurs extrêmes
Taffonis,dépressions, turgescences, haussement d’îles
Sous le regard suspicieux d’observateurs impartiaux
Boussoles affolées lors que les brise-glaces sont piégés
Millimètres, chronomètres, sismographes de nos maîtres anxiétés ?
Précautions et vigilances orange
Passer quoi qu’il advienne au dessus des obstacles, des barricades
Quelque que soit la fissure, la débâcle, la déroute, le désarroi

Les révolutions, les confusions perdurent
Ici, là, les fleurs au fusil pour brandir les étendards des libertés
El condor pasa ?
Bâches et couvertures pour se protéger, respirer, survivre
Monde bavard, rudoyé, malmené, tonitruant, boxeur, sonné
Pour toujours plus, pour tout tout de suite
L’homme à se faire lego de lui-même
Transhumain
 
Plans arrière pour des décors gigogne, des calques successifs
Interprétations multiples, vérités frôlées, savoirs revisités,
Papa Tango Bravo
Les frontières repoussées à plus loin, à plus tard
Tomber dans le panneau ? Au pied levé ?
Les mystères s’épaississent
 
Dans le Shay Canyon, danser aux sons de la flûte d’un kokopelli
Nul besoin d’appareiller et de prendre le large
Le ciel sans bornes scintille d’étoiles
Il suffit de lever la tête

Lettres de noblesse à la saine émotion
Le cœur applaudit sans battre la chamade
L’abeille butine, sentinelle créatrice de nos miels
Les jardins fleurissent en toute impunité
Le temps se suspend, distrait l’attention,
Le visible se met à flotter, à flouter
La feuille blanche en point d’orgue à la disponibilité, à l’aventure
Le poète a toujours raison
S’absorber dans les gazouillis des interactions
Rasades d’immensité, de beauté, de lumière, d’énergie ?
Simplement s’ébaudir de l’instant.
 

Christine Guilloux